Fédération des Eglises Chrétiennes
Evangéliques   -   FECE

Federation of Evangelical Christian
 Churches   -   FECC

Pour proclamer l'Evangile de Jésus-Christ sans compromis
Proclaiming the Gospel of Jesus Christ without Compromise

 

Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs


   
Plan du site 

Accueil
Remonter
News internationales
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Afrique  Developpement Chretien
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Videos
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à
la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2014  

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

APOSTASIE

 L'Eglise Anglicane se convertit au culte marial.

Le Pape a autorisé la Commission Internationale Anglicane - Catholique Romaine (CIACR) de publier son rapport très attendu, intitulé : "Marie : grâce et espérance en Christ." Cela s'est passé le 16 mai dernier à la Cathédrale Catholique de Seattle, aux Etats-Unis. Une autre présentation s'est déroulée à l'Abbaye de Westminster, le 19 mai.

La principale conclusion de la CIACR est que la doctrine Catholique de la Vierge Marie est "conforme aux enseignements de l'Ecriture" et de la Tradition, et qu'elle n'est plus une pierre d'achoppement sur la voie de l'union des deux Eglises. Ou bien, comme le pape Ratzinger préfèrerait que nous le disions, cet accord ouvre la voie à un "retour" de la communauté Anglicane au "bercail" de l'Eglise Catholique.

Les anciennes pierres d'achoppement.
Les pierres d'achoppement, qui empêchaient la réconciliation entre les deux Eglises, étaient principalement le culte offert à la Vierge Marie, ainsi que les dogmes papaux de l'Immaculée Conception (1854) et de l'Assomption physique de la Vierge Marie (1950).

La CIACR s'est efforcée de conduire un dialogue "fondé sur les Evangiles, ainsi que sur les anciennes traditions communes."
Le gouffre doctrinal qui séparait les deux parties a été comblé, nous a-t-on dit, par les Anglicans, qui ont appris à reconsidérer les dogmes papaux au travers de la lecture de Romains 8 : 28-30 :"Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés."

Apparemment, il n'y a aucun signe que Rome ait fait la moindre concession. Ce sont les Anglicans qui se sont rendus aux arguments des Catholiques. Les Anglicans ont été convaincus que, bien que les dogmes de l'Eglise Romaine ne se trouvent pas dans les Ecritures, ils ne sont pas contraires aux Ecritures. C'est ainsi que les deux parties se sont accordées sur le fait que "la pratique de demander à Marie et aux saints de prier pour nous ne doit plus être un obstacle à notre communion."

Toutefois, Rome n'est pas pleinement satisfaite de la position des Anglicans, parce qu'ils prétendent s'appuyer sur les Ecritures, et non sur l'autorité du Pape.

De leur côté, les Anglicans ont demandé aux Catholiques Romains de "faire preuve de plus de prudence dans leurs dévotions."

Les réactions à ce document.

D'une manière assez condescendante, l'évêque Mc Mahon, membre de la Commission, a déclaré : "Les Anglicans ont été aidés, dans leur compréhension du rôle de Marie dans notre salut, par une relecture des doctrines modernes avec les yeux de l'apôtre Paul, quand il parle "d'appel, de conversion, de justification et de glorification." Pour faire bonne mesure, l'évêque a ajouté : "Nous croyons que Marie, en tant que Reine du Ciel, exerce une fonction salvifique (salvatrice) continuelle dans l'Eglise."
Le Révérend Rod Thomas, du Mouvement Anglican Réformé Evangélique, a accusé la CIACR de "faire rentrer de force les dogmes Catholiques dans le moule des Ecritures." Il a rejeté ce document en le traitant de "forfaiture."
Par ailleurs, le Révérend Joel Edwards, de l'Alliance Evangélique, a déclaré dans "Thought for the Day" (la Pensée du Jour) : "Cette étude approfondie reconnaît qu'en dépit des grandes différences entre les deux Eglises, il existe un potentiel de réel progrès dans l'harmonisation de leurs vues, en ce qui concerne Marie et son droit d'intercéder en notre faveur."

Les deux co-présidents de la CIACR sont l'Archevêque Carnley de Perth, en Australie, un pur libéral, et l'Archevêque Catholique Brunett, de Seattle.

Officiellement, ce rapport n'a aucune autorité, sinon celle de ses auteurs. Il doit à présent être étudié par les deux Eglises.
Toutefois, Rome en est ravie, et croit qu'il s'agit d'une avancée majeure dans le "dialogue œcuménique".

L'Immaculée Conception.

En ce qui concerne le dogme de l'Immaculée Conception, les deux parties sont tombées d'accord : "Considérant sa vocation d'être la mère du Très Haut (Luc 1 :35), nous pouvons affirmer ensemble que l'œuvre rédemptrice de Christ s'est accomplie en Marie dans les profondeurs de son être, dès les premiers instants de sa conception. Cela n'est pas contraire aux enseignements de l'Ecriture, et ne peut être compris qu'à la lumière des Ecritures. Les Catholiques Romains peuvent reconnaître en cela ce qui est affirmé par ce dogme, c'est-à-dire que "Marie a été préservée de toute souillure du péché originel, dès le premier instant de sa conception."

L'Assomption physique de la Vierge.

En ce qui concerne l'Assomption, les deux parties sont également tombées d'accord : "Nous pouvons affirmer ensemble que la doctrine selon laquelle Dieu a pris dans Sa gloire la Bienheureuse Vierge Marie, dans la plénitude de sa personne, n'est pas contraire aux Ecritures, et qu'elle ne peut en vérité être comprise qu'à la lumière des Ecritures. Les Catholiques Romains reconnaissent que cette doctrine concernant Marie est contenue dans le dogme."
L'invocation de Marie.

En ce qui concerne l'invocation de Marie, les deux parties déclarent : "Nous affirmons ensemble, sans aucune ambiguïté, la médiation unique de Christ, qui porte du fruit dans la vie de l'Eglise. Nous ne considérons pas que la pratique consistant à demander à Marie et aux saints de prier pour nous soit suffisante pour faire obstacle à notre communion… Nous croyons qu'il n'y a aucune raison théologique de rester divisés dans ces domaines."

Note de Parole de Vie :
Ce document tout récent est un nouveau signe de l'apostasie des derniers temps, annoncée par Jésus et les apôtres comme l'un des derniers signes précédant le retour du Seigneur. L'Eglise Anglicane est déjà rentrée dans le bercail de Rome, et les autres Eglises "chrétiennes" empruntent rapidement le même chemin. Le petit reste fidèle sera de plus en plus isolé, mais c'est sur Lui que repose la bénédiction divine ! Restons fidèles au Seigneur et à Sa Parole, Il revient bientôt !