Bienvenue

Actuellement la FECE est présente dans 50 Pays/Etats

 

Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


Pasteur Gérard Charton
gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 

Le combat de la foi 

1Timothée 6.6-14

« C’est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le  contentement ; car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter ; si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira.

Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.

Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux ; et quelques–uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux–mêmes dans bien des tourments.

Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur.

Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins.

Je te recommande, devant Dieu qui donne la vie à toutes choses, et devant Jésus–Christ, qui fit une belle confession devant Ponce Pilate, de garder le commandement, et de vivre sans tache, sans reproche, jusqu'à l'apparition de notre Seigneur Jésus Christ »

2Corinthiens 10.3-5

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair.
Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.
Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. »

L’apôtre Paul s’adresse à Timothée qu’il considère comme étant un fils spirituel. Dans cette première lecture, il lui parle non pas comme un professeur le ferait mais comme un père. Il ne l’assaille pas de doctrine, ni de théologie, ni de philosophie mais il parle avec son cœur. Il l’exhorte à ne pas se perdre dans des combats inutiles, mais de mener le « bon » combat, c'est-à-dire celui qui ouvre la porte du salut éternel, c'est-à-dire le combat de la foi. 

C’est exactement ce qu’il dit dans :

 1Timothée 1.18 jusqu’à 2.4 :

« Le commandement que je t’adresse, Timothée, mon enfant, selon les prophéties faites précédemment à ton sujet, c’est que, d’après elles, tu combattes le bon combat, en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques–uns l'ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi.De ce nombre sont Hyménée et Alexandre, que j’ai livrés à Satan, afin qu’ils apprennent à ne pas blasphémer.
J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.
Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. 

Bien sûr nous pouvons imaginer Timothée lisant ces lettres, après avoir entendu x et x fois le même discours, disant ou pensant en son cœur… « Oui, oui je sais.. ! » 

J’imagine que nous-mêmes nous avons un peu ( ?) d’agacement à réentendre pour la nième fois le message qui nous rappelle à l’ordre, ou à la vigilance… « Oui, nous savons, tu l’as déjà dit… » 

L’exhortation à toujours un écho défavorable parce que nous pensons ne pas être pris au sérieux. Nous imaginons subir un manque de confiance injuste, ou pire, que cela pourrait être un jugement… 

2Timothée 4.1-2

« Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus–Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.

Paul a une vision plus utile que celle de faire un discours. Il ne s’inquiète pas de plaire ou de flatter, car il a dans son cœur autre chose de bien plus important en vue, c’est le salut éternel.
C’est vrai que les mots choisis n’ont pas la réputation de flatter : « insiste » – « reprends » – « censure » – « exhorte »… Chacun de ces mots porte un poids important d’impopularité ! 

-          On n’aime pas ceux qui insistent.

-          De quel droit se permet-il celui-là de me reprendre ? On refuse même l’autorité légitime.

-          La censure a été supprimée et le droit à la liberté est présenté comme une victoire… Oui mais quelle victoire ? Celle du laxisme, voire de la débauche… mais c’est aussi un mot interdit.

-          Enfin l’exhortation n’est pas vraiment acceptée comme un acte d’amour, mais est reçue comme des paroles de dominant à dominé. Alors qu’elle est, quand elle est juste et bien faite, parole d’encouragement… 

Donc pour être clair le discours que Paul tient à Timothée n’a rien d’un discours « branché ». Et, en tout cas il est très loin de la morale actuelle. 

La seule chose qui passerait encore c’est la recommandation de dire et de faire tout cela « avec douceur ». Cela reste acceptable, mais encore ne faudrait-il pas que cette douceur soit un « truc » pour faire passer la pilule. 

Bon, c’est bien de rappeler cela, mais il y a un petit problème, et vous l’avez compris : ce discours ne s’adresse pas qu’à Timothée, mais il s’adresse aussi à chacun de nous. 

Et puis, il faut bien le constater ce discours n’est pas que celui de Paul, c’est celui de toutes les Ecritures, et c’est aussi l’enseignement de Jésus pour vous et moi ! 

Et le pire arrive : 

1Timothée 6.14

« Je te recommande de vivre sans tache, sans reproche jusqu’au retour de notre Seigneur. » 

Bien entendu nous devons revenir à ce qui devrait être une évidence : Il ne s’agit pas que de reprendre les « autres » mais bel et bien de commencer par soi-même. Si l’on veut entreprendre une œuvre de réforme c’est d’abord dans nos vies qu’il faut la commencer. 

Je suis parfois surpris de voir que des personnes qui n’ont pas encore entamé réellement leur conversion s’en prennent aux autres pour leur dire ce qu’il faut faire, ou ce qu’il ne faut pas faire, ce qui « est bien », et ce qui n’est pas bien…

Cela me fait penser, entre autre à ce prisonnier que mon épouse visitait en prison, condamné pour consommation et trafic de drogue,  mais qui sévèrement tabassé sa sœur parce qu’il l’avait surprise fumant une cigarette… avec un certain manque de logique dans l’appréciation des valeurs. 

Mais à l’inverse, je me souviens aussi de ce grand gaillard qui faisait office de diacre à l’entrée d’une église de Genève et qui un jour a invité un ancien collègue de jeunesse. Et ce dernier de dire avec admiration : « Ca alors ! si celui-là que j’ai bien connu est devenu ce qu’il est aujourd’hui il faut croire que Dieu existe. »

Voila un témoignage efficace parce qu’il s’agit pas d’une théorie ou de principes religieux mais d'une vie transformée. 

Et, parce que nos vies ont changé, parce que nous avons remporté des victoires sur notre nature pécheresse, et que c’est visible, alors cela devient un témoignage pour tous. Et oui, là nous sommes crédibles. 

On entend parfois des personnes parler de choses du seigneur comme s’il s’agissait d’une science humaine étudiée dans je ne sais quelle école ou séminaire. Mais cela sonne faux parce que ce n’est pas vécu. 

L’Evangile n’est pas une théorie c’est une histoire vécue. Celle de la repentance et celle de la délivrance. Celle de la conversion et celle d’une relation merveilleuse avec le seigneur. 

Et, j’ai même envie de dire ce n’est pas une doctrine mais une recherche de la vérité et de la pureté enseignée dans la Parole de Dieu, assisté tous les jours par le Saint esprit de Dieu. 

Et c’est là tout l’intérêt du texte de Paul. Il nous montre que nous n’avons pas à convaincre par la rhétorique, la philosophie, la morale et même pas par la théologie, mais par l’exemple de ce que nous sommes devenus ou en train de devenir, jour après jour, victoire après victoires. 

Nous n’avons à enseigner par notre « acquis » scolaire ou universitaire, mais par l’expérience de la nouvelle naissance qui fait que nous sommes devenus tout autre que notre première nature. Avec des échecs c’est vrai, mais aussi à force de combats avec des victoires. 

Alors, il y a  encore des gens qui s’interrogent au sujet de la foi, et qui concluent bien rapidement « la foi on l’a ou on l’a pas ! ». Si je l’ai tant mieux je suis sauvé, si je ne l’ai pas tant pis je suis perdu. 

C’EST TOUT FAUX ! 

Luc 17.5-6 :

« Les apôtres dirent au Seigneur : Augmente-nous la foi.Et le Seigneur dit : Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer ; et il vous obéirait. » 

Et encore 

Corinthiens 10.15-16 :

« Ce n’est pas hors de toute mesure, ce n’est pas des travaux d’autrui, que nous nous glorifions ; mais c’est avec l’espérance, si votre foi augmente, de grandir encore d’avantage parmi vous, selon les limites qui nous sont assignées, et d’annoncer l’Evangile au delà de chez vous, sans nous glorifier de ce qui a été fait dans les limites assignées à d’autres. 

Enfin

2Thessaloniciens 1.3-4

« Nous devons à votre sujet, frères, rendre continuellement grâces à Dieu, comme cela est juste, parce que votre foi fait de grands progrès, et que la charité de chacun de vous tous à l’égard des autres augmente de plus en plus.

Aussi nous glorifions-nous de vous dans les Eglises de Dieu, à cause de votre persévérance et de votre foi au milieu de toutes vos persécutions et des tribulations que vous avez à supporter. » 

Il est donc tout à fait faux d’imaginer que la foi est un simple état de croyance en Dieu. La foi est active ! Elle est vivante et doit vivre la croissance telle une semence plantée en nous. 

Et si bien entendu, c’est par la foi et par la foi seule que nous sommes sauvés, ce n’est pas en une foi simplement déclarée voire prononcée des lèvres. Mais par la foi qui nous donne sinon des ailes du moins qui nous pousse à faire les œuvres préparées pour nous. 

Et c’est pour cela que les apôtres ressentaient la nécessité d’avoir une foi plus grande. A bien plus forte raison nous-mêmes avons nous besoin de grandir sur ce plan tout particulièrement.

Il s’agit de croire et d’accepter qu’une transformation capitale est possible dans ma vie, dans votre vie. Ce n’est pas de savoir seulement si je crois ou non en Dieu. Satan lui aussi sait que Dieu existe et il n’est pas pour autant un modèle de la foi. 

Il s’agit en réalité de croire que mon Dieu peut et veut changer ma personne. Qu’Il veut me transformer. Et qu’Il veut m’aider à mener mes combats les uns après les autres. Les plus difficiles de mes combats… sur moi-même. 

Matthieu 7.21-24 :

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui–là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?

Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité.

C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. » 

Ceux-là que Jésus dépeint et qui l’appellent « Seigneur » n’ont pas la foi ! Pourtant ils auront chassé des démons en son Nom, et fait beaucoup de miracles en son Nom ! 

Que leur manquent-ils donc à ceux-là qui vont avoir une drôle de mauvaise surprise ? 

LEURS ACTES DEMENTENT CE QU’ILS DISENT ! 

Vous rendez-vous compte de l’importance du combat spirituel, sur nous-mêmes prioritairement ? 

Un combat sur nous-mêmes qui nous rendra crédible et qui a rendu Paul crédible auprès de Timothée et de bien d’autres car il ne se contentait pas de dire ce qu’il avait à dire, il les vivait lui-même les recommandations et les avertissements qu’il donnait. Depuis je jour de sa conversion Il avait mené avec persévérance ce combat silencieux. 

Alors, en guise de conclusion je cite encore : 

Psaumes 143.8-11 :

« Fais-moi dès le matin entendre ta bonté ! Car je me confie en toi. Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher ! Car j'élève à toi mon âme. Délivre-moi de mes ennemis, ô Eternel ! Auprès de toi je cherche un refuge.Enseigne-moi à faire ta volonté ! Car tu es mon Dieu. Que ton bon esprit me conduise sur la voie droite !A cause de ton nom, Eternel, rends-moi la vie ! Dans ta justice, retire mon âme de la détresse !

 

Retour accueil