Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs sur le site
Merci


 

   
Plan du site 

Accueil
Remonter
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Communiques
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2017 

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 


   

    Pasteur Gérard Charton
    gerard.charton@9online.fr

Messages apportés à l'Eglise Chrétienne Evangélique d'Hagetmau (40700)
 

Retour liste   <-Liste des enseignements 
 

 Tous les chrétiens seront-ils sauvés ?

Jean 6.57-71

57  Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.
58  C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.
59  Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm.
60  Plusieurs de ses disciples, après l’avoir entendu, dirent : Cette parole est dure ; qui peut l’écouter ?
61  Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit : Cela vous scandalise-t-il ?
62  Et si vous voyez le Fils de l’homme monter où il était auparavant ? … 
63  C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.
64  Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait.
65  Et il ajouta : C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père.
66  Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui.
67  Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ?
68  Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.
69  Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu.
70  Jésus leur répondit : N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze ? Et l’un de vous est un démon !
71  Il parlait de Judas Iscariot, fils de Simon ; car c’était lui qui devait le livrer, lui, l’un des douze.
 

Vous avez prêté attention à cette lecture et vous avez donc bien entendu, ce ne sont pas des inconvertis qui s’éloignent ce jour-là de Jésus, ce sont des disciples. Ou du moins, des hommes qui se croyaient et se présentaient comme tels. Et la nuance est de taille, parce qu’un disciple lorsqu’il n’accepte plus l’enseignement de son maître, n’est plus un disciple. Il perd ce statut pour redevenir quelqu’un d’ordinaire.

-    On ne naît pas disciple, on n’acquiert pas le statut de « disciple à vie ». Nous sommes disciples pour autant que nous décidions de vivre comme tels et que nous en portions les fruits.

Et si, par malheurs nous décidions de ne plus l’être, en  rompant ce lien avec le Seigneur, Jésus nous laisse libre de ce choix. Parce que Dieu laisse la liberté et par conséquent Il laisse ceux qui se rebellent retourner là d’où ils sont venus. Mais, alors sa situation ne sera pas comme « avant » car nous lisons dans

2Pierre 2.20

20  En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. 

Nous connaissons ces textes qui nous semblent bien clairs et ne devant pas faire l’objet d’interprétations hasardeuses. Pourtant certains n’hésitent pas à s’y essayer en se laissant subjuguer par l’ennemi qui se sert toujours de la même méthode comme dans le jardin d’Eden. En l’occurrence, il susurre des mots tels que « Ne t’inquiètes pas, Dieu est tellement bon, quoi que tu fasses tu seras sauvé puisque tu es baptisé ! Tu sais, c’est là la seule condition pour être sauvé, c’est écrit…" 

Oui, c’est écrit mais pas dans ce sens, et pour le comprendre il suffit de lire la suite... 

2Pierre 2. 20-22

20  En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première.
21  Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné.
22  Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier.
 

Ce sont des mots sans équivoque qui caractérisent ceux qui ont suivi Jésus un temps, mais qui sous prétexte d’un enseignement qui les dérangeait ont à la première occasion vite changé de trottoir… 

Il y a beaucoup de choses que notre intelligence a du mal à saisir. Et il y a beaucoup de choses que j’aurais bien du mal à expliquer parce que je ne les comprends pas plus que vous. Par exemple :

-     -      L’amour de Jésus pour nous, premièrement.
 -      Son sacrifice, pour payer à ma place…

Mais, il y a des passages comme ces paroles de Jésus que nous venons de lire dans Jean qui au contraire sont révélateurs d’une situation qui aura traversée tous les siècles depuis 2000 ans.

Et parmi ceux-là, c’est que certains sont tout proches d’une vraie et durable relation d’amour avec Dieu, mais qu’ils ne resteront que dans la proximité, sans jamais pénétrer à l’intérieur. En quelque sorte ce sont des gens qui restent sur le parvis du temple sans y entrer. 

C’est un peu osé comme comparaison, mais c’est comme ces hommes quidans le passé semblaient accompagner leur épouse à l’église, mais qui n‘y entraient pas, et préféraient rejoindre le bistrot le plus proche… Ces gens là n’hésitaient pourtant pas à s’affirmer de bons et authentiques chrétiens attachés au dogme de "leur" église. 

Bien, ce n’est pas très spirituel de parler du bistrot, enlevons le bistrot et mettons ce que vous voulez à la place. Le jardin à tondre, si vous préférez… 

Pourtant certaines personnes sont toutes proches d’une vraie et durable relation avec Dieu. Mais est-ce une simple illusion d’optique ? C’est à croire quand nous constatons qu’à la première contrariété, ou la première tentation ces personnes décrochent. 

Nous avons, hélas, souvent vu cela au fil des années dans le ministère, et cela nous rend triste, toute l’église est triste. Nous aurions parfois envie de dire « Non, ce n’est pas possible, restez, on va essayer de se comprendre… » 

L’attitude de Jésus dans une telle situation est tout autre. 

Jean 6.64-65

64  Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait.
65  Et il ajouta : C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père.

Voilà ce qui fait la différence entre notre comportement et la réaction de Jésus :  

Lui connaissait et connait toujours parfaitement les cœurs. Il sait qui est sincère et qui vient de succomber et Il fait le distinguo entre celui qui ne croit pas réellement. Et, avec celui-là il ne perd pas de temps à discuter.  

Nous sommes bien incapables de voir et comprendre comme Lui. Nous faisons donc bien de ne pas rejeter le pêcheur qui a besoin d’aide.

Tandis que les autres, les rebelles, n’ont pas besoin  d’aide, ce qu’ils veulent c’est que nous les laissions en paix vivre selon leurs choix. C'est leur droit, Dieu leur a laissé le choix. 

Il y a aussi des gens mal dans leur peau qui papillonnent souvent autour des églises, après avoir hésité sur le parvis. Quand ils entrent c’est comme sur la pointe des pieds, pour voir, pour « essayer » la foi chrétienne. Comme d’autres essaye le yoga, le spiritisme ou d’autres formes de spiritualité. Et parfois ce sont les mêmes. Ils cherchent…  

Ce ne sont pas des disciples de Jésus Christ, mais ils peuvent le devenir et nous devons donc être à leur égard tout à la fois prudent et accueillant. 

Jésus a été accueillant puisqu’Il les a tolérés dans son entourage. Je suppose que c’est à des personnes comme elles que Jésus fait allusion quand Il affirme  

64 … Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait.
65  Et il ajouta : C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père.

Nous voyons le résultat, c’est lorsqu’il faut faire un pas de plus que les faux disciples se séparent. C’est hélas peut-être cette triste constatation qui fait que certaines églises préfèrent ne parler que de choses qui plaisent qui font l'unanimité, plutôt que d’enseigner ce qui fait fuir les touristes spirituels… Mais c’est un mauvais choix car alors l’église piétine, puis s’endort… et sombre dans l'apostasie sans s'en rendre compte. 

Mais, Jésus confronté à cette situation a une réaction qui nous interpelle. Il s’adresse aux disciples fidèles et Il leur pose la question de confiance :

67  Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? 

Oui, c’est bien la question de confiance qu'Il leur adresse.
Et nous voyons ici que Jésus a une approche bien différente de la nôtre, non seulement avec les curieux spirituels, mais aussi avec ses disciples fidèles. 

Ce qui diffère entre l’approche de Jésus et notre approche c’est la vision charnelle que nous avons :
-      Nous aimons avoir une église bien remplie
-      Jésus aime la qualité, c'est-à-dire la vérité, pas le nombre.

Regardez d’ailleurs comment les églises aiment parfois comptabiliser les gens :

-    Catholiques et protestants comptent les familles qui se disent de leur bord. Tu es né catholique ou tu es né protestant tu seras donc compté dans le grand livre de la paroisse.
-    Nous, les "évangéliques" avons compris que ce ne sont pas les baptêmes d’enfants qui font les vrais chrétiens adultes, alors nous disons qu’il y a "x" fidèles dans l’église locale… Mais certains oublient un peu ceux qui ne viennent plus depuis longtemps, d’autres ajoutent les enfants… pour étoffer un peu.

C’est un peu ridicule, cela n’a rien se spirituel, et personne sinon l’égo du pasteur, ne s’intéresse au nombre comme s’il s’agissait d’un record. 

Le vrai chiffre qui serait à retenir, s’il fallait en retenir un, c’est le nombre de vrais disciples. Mais qui oserait annoncer un vrai chiffre… ? Impossible d’autant qu’il ferait appel à un jugement douteux. 

Je vais même aller plus loin, l’état de "disciple" n’est qu’une étape, pour atteindre quelque chose de beaucoup plus grand. En effet, quand nous sommes disciples, c’est pour apprendre. Or, apprendre c’est avant tout savoir se remettre en question. C’est accepter certaines choses qui échappent aujourd’hui à notre logique humaine et donc que nous avons du mal à comprendre.

Et, la finalité ce n’est donc pas de rester seulement disciples, parce qu’il y a mieux. Et, beaucoup mieux ! 

Matthieu 12.46-50

42  La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon.
43  Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point.
44  Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti ; et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée.
45  Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. Il en sera de même pour cette génération méchante.
46  Comme Jésus s’adressait encore à la foule, voici, sa mère et ses frères, qui étaient dehors, cherchèrent à lui parler.
47  Quelqu’un lui dit : Voici, ta mère et tes frères sont dehors, et ils cherchent à te parler.
48  Mais Jésus répondit à celui qui le lui disait : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?
49  Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères.
50  Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère.

Voila donc comme Jésus présente ses vrais disciples. Il les présente comme étant SA VRAIE famille. 

Quels disciples ? Ceux qui font la volonté de Dieu. Pas celle des hommes, pas celle d’un gourou leader local, mais ceux et seulement ceux qui font la volonté de Dieu. 

Alors, il est évident que la volonté du Seigneur en ce qui concerne les églises n’est pas qu’elles soient débordantes de monde. Dans les entreprises on fixe des objectifs, des quotas de croissance et que sais-je ? Jésus ne fait pas un objectif de remplir l’Eglise, puisqu’Il parle Lui-même d’un petit troupeau.

Les foules spirituellement stériles qui la composeraient, ou la compose ici et là, ne seraient en rien un atout pour l’Eglise, au contraire. Ces foules de chrétiens "non disciples" sont plutôt un obstacle à l’avancement spirituel de l'ensemble, et nous le voyons bien, un obstacle encore plus grand à la sanctification parce qu’elles agissent, inconsciemment certes mais inexorablement à la corruption de l’ensemble. 

Réalisons bien que ce n’est pas Jésus qui chasse qui que ce soit, mais les faux disciples ne peuvent pas supporter le message complet de Christ.

Mais, beaucoup trop "chrétiens", aujourd’hui encore ne veulent entendre parler « que » de l’amour de Dieu le Père, « que » de l’amour de Jésus, mais ceux-là ne veulent plus entendre parler de l’œuvre du Saint Esprit qui convainc de péché de justice et de jugement.  

Et, si l’on ne parle plus du péché ni de repentance dans l’Eglise... alors c’est que nous ne sommes plus des disciples de Christ mais des ouvriers au service de l’ennemi de Dieu. Et, le péché peut alors se faire une bonne place dans les rangs des assemblées.

Ouvrez vos yeux ce n’est pas du cinéma. C’est une réalité qui aujourd’hui gangrène les églises. Parce que c'est ainsi que l’apostasie s’installe, et les anciens chrétiens dans les assemblées s’étonnent, s’émeuvent ne reconnaissent plus « leur » église qui était autrefois si fidèle, semblait si intransigeante, si stricte...

Beaucoup de bergers ont choisi le nombre plutôt que la fidélité. Ils en font payer le prix aux auditeurs inattentifs les transformant en simples spectateurs, de disciples qu'ils étaient ou auraient pu devenir. Ou encore pour reprendre la parabole de Jésus, en "vierges folles"... celles qui n'entreront pas dans la salle des Noces de l'Agneau !

Luc 12.31-32

29  Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets.
30  Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin.
31  Cherchez plutôt le royaume de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.
32  Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.
 

Quelle belle promesse pour les chrétiens fidèles, c'est à dire devenus disciples, le Père nous a déjà donné le Royaume. Alors laissons les doutes et les plaisirs du monde à ceux qui ne veulent pas devenir ou rester disciple sde Christ, et qui se rebellent. Nous sommes alors dans la tristesse peut-être, oui souvent même, mais gardons les yeux rivés sur le royaume…

                 Maranatha !

                      Retour accueil                              Méditations d'autres auteurs