Fédération des Eglises Chrétiennes
Evangéliques   -   FECE

Federation of Evangelical Christian
 Churches   -   FECC

Pour proclamer l'Evangile de Jésus-Christ sans compromis
Proclaiming the Gospel of Jesus Christ without Compromise

 

Bienvenue
En ce moment 
vous êtes

 
    
visiteurs


   
Plan du site 

Accueil
Remonter
News internationales
Eglises membres
Ministères membres
Oeuvres sociales et culturelles
Afrique  Developpement Chretien
Formation
Notre vision
Meditations
Les dons spirituels
Amour de la vérité
Signes des temps
Statuts
FECE-Internationale
Recherche dans site

Siège social de la FIECE
347, route de Labastide
40700 Hagetmau (France)

siege@fede-eglises.com

 

 

Association enregistrée à
la  Préfecture des Landes  (France)
N° W402003234
Journal officiel
du 23 juin 2012
 

 Siret :
752 518 860 00016

Copyright © 2005-2014  

Hébergement  one.com.fr

 

QR-Code" du site FECE  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 


« Evangélisation éthique et œcuménique contre « un prosélytisme indigne »...

Voici donc comment les catholiques reçoivent la "feuille de route des évangéliques" publiée par le Cnef

"21/11/11 - LA CROIX

La feuille de route des leaders évangéliques du monde entier vient de paraître.

Lancé en 1974 par le célèbre prédicateur évangélique Billy Graham, le Congrès de Lausanne pour l’évangélisation du monde tenait sa troisième édition, il y a un an, au Cap (Afrique du Sud) : 4 200 responsables évangéliques de 198 pays s’étaient retrouvés pour échanger et débattre des enjeux posés aujourd’hui aux protestants évangéliques.

Rendez-vous planétaire au terme duquel ils s’étaient engagés notamment à « une évangélisation éthique », loin de tout « prosélytisme indigne ». Le Conseil national des évangéliques de France (Cnef) vient de publier « L’Engagement du Cap », texte d’orientation voté lors de ce congrès.

Fruit d’une collaboration avec l’Alliance évangélique mondiale, ce document qui affirme la nécessité pour les missionnaires évangéliques de prendre en compte les réalités changeantes du monde, s’articule en deux volets : une confession de foi et un appel à l’action.

« Nous aimons le monde de Dieu, tout ce qu’il a fait et qu’il aime, affirment les signataires dans la première partie. Cela veut dire prendre soin de la création, aimer tous les peuples et apprécier la diversité ethnique, désirer ardemment voir l’Évangile enchâssé dans toutes les cultures, aimer les personnes pauvres et souffrantes du monde, et aimer notre prochain comme nous-mêmes. »

Pour l’œcuménisme et le dialogue avec les autres religions

L’appel à l’action reprend les thèmes du congrès. Il met l’accent sur le témoignage chrétien dans un monde pluraliste et globalisé, l’engagement pour la paix, le dialogue avec les croyants d’autres religions, par « une évangélisation éthique » et contre « un prosélytisme indigne », l’œcuménisme, ainsi que la défense des droits de l’homme et notamment de la liberté religieuse.

« Notre échec à vivre dans une unité réconciliée est un obstacle majeur à l’authenticité et à l’efficacité en mission », écrivent-ils, s’engageant à « un partenariat dans la mission mondiale ».

Les signataires insistent aussi sur une meilleure formation des chrétiens (loin d’une « évangélisation réductionniste »), qui passe par la traduction de la Bible et « l’éradication de la méconnaissance de la Bible ».

Les responsables évangéliques se sont engagés enfin à respecter une intégrité morale et un style de vie simple, rejetant en particulier quatre « idolâtries » : la sexualité désordonnée, le pouvoir, le succès et le toujours plus."

Notes :

Reste à définir ce qu'est un "prosélytisme indigne".

L'article suggère qu'il s'agit du refus de l'œcuménisme.
Parce que parmi l'idolâtrie c'est bien le point, essentiel qui est rejeté par les évangéliques fondamentalement attachés à l'Evangile.
Ne les concerne :
- Ni le refus de la défense des droits de l'homme bien entendu. Les évangéliques sont engagés depuis toujours dans ce combat.
- Ni en particulier le refus de défendre les libertés religieuses, et pour cause ils sont encore souvent les victimes de cette absence de liberté religieuse et ont fait de cette liberté un cheval de bataille.
- Ni la sexualité désordonnée que la majorité réprouve "encore" (pour combien de temps sous la pression des courants libéraux ?)

Donc, il ne reste que le refus de l'œcuménisme... Dont acte.
Mais la Parole de Dieu nous apprend qu'il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. Notre choix est fait ! Et Jean, apôtre de l'amour - mais opposé aux compromis - nous ordonne de nous "tenir loin" de ceux qui annoncent un autre Evangile... (il est même encore plus radical, relisez donc : 2 Jean 10).

Enfin, parmi les "idolâtries" citées il y a un sérieux oubli...!!!
Cherchez bien.Il manque le rejet du culte marial et le culte des "saints"...

Qui a fait l'oubli de ce point de rupture si important ?

L'auteur de l'article ci-dessus ou les artisans de l'œcuménisme prêts à tous les compromis ?
Devrions-nous partager notre foi avec une foi venue de Babylone avec toutes les idoles introduites au cours des siècles dans un "christianisme syncrétiste" ?
Dire et dénoncer ces altérations de l'Evangile, est-ce cela "un prosélytisme indigne" ?
Aux yeux de certains probablement.
Tant pis nous le disons clairement, nous dénoncerons toutes fausses doctrines.

Nous devons avoir de l'amour pour les hommes c'est évident, même si nos points de vue sont différents, mais par amour pour eux comme pour le Seigneur plus encore, nous ne ferons pas d'amalgame de religions ni d'ajouts à la Parole de Dieu.